Tribune > Articles à la une
Ce fut un soulagement pour beaucoup de personnes après la présentation du Budget le jeudi 14 juin. La population redoutait une possible augmentation du prix de l’alcool, des cigarettes, du gaz ménager, de l’eau… Je vous le rappelle que le budget concerne l’économie générale du pays et non seulement une poignée de produits que nous consommons au quotidien.
Le Directeur Général d'Appavoo Group et membre fondateur et Senior Partner de HLB Appavoo & Associates, Clensy Appavoo, ne mâche pas ses mots concernant la présentation du Budget 2018-2019. Il qualifie ce rapport de « superficiel » et « manquant d’éligibilité et de couleur ».
Multi culturalité, harmonie, paix, partage, échange sont des mots qui ne cadrent plus avec le paysage mauricien. Envolés cette image de carte postale et le savoir-vivre des communautés.
Drr drr drr, fait l’alarme du téléphone. M. le Premier ministre se lève en ce matin de juin 2018. Il claque la bise à sa chère et tendre. Cette journée ô combien capitale sera marquée d’une pierre blanche, se dit-il. Maelström dans sa tête. Son peuple gronde, mécontent d’avoir vu la liberté de certains piétinée.
  1. 1
  2.  2
  3.  3
  4.  >
  5.  >>
Autres articles
Le Caudan Arts Centre accueillera sur scène une bande de comédiens téméraires, modernes et dotés d’une énergie romanesque pour une représentation quelque peu surprenante, le lundi 3 juin à 19h30.
Bataflex aux pieds, petit chignon tiré à quatre épingles, silhouette enfantine, pas de maquillage ni de fringues à la mode… juste un style passe-partout. Pas d’accessoire tape-à-l’œil non plus sauf ma fameuse banane remplie de babioles et de stickers sans grandes valeurs mais auxquels j’attachais une grande importance. C’était les années 90...
Depuis mon adolescence un sentiment de rage et de frustration m’habite. J’imagine que c’est également le cas de la population féminine à Maurice et ailleurs. Vous me demanderez pourquoi. Et, je vous répondrai à cause de certains individus de la gent masculine qui s’adressent aux jeunes filles et femmes de manière désinvolte et irrespectueuse dans des endroits publics.
Reconnu coupable de pédophilie sous 21 chefs d’accusation en août 2018, Michel de Ravel de l’Argentière a écopé de seulement trois cautions de Rs 10 000, Rs 20 000 et Rs 30 000 pour bonne conduite en cour intermédiaire, le mercredi 24 avril. Ce jugement a été rendu par la magistrate Niroshini Ramsoondar après avoir pris connaissance de l’état de santé de l’accusé. En effet, ce dernier souffre d’une tumeur cérébrale maligne, diagnostiquée en novembre 2018. Cette condamnation a suscité une profonde déception chez les huit victimes toutes mineures au moment des faits, soit entre 1980 et 2004.
Après ce lundi pascal, non férié, la population attend patiemment le congé du 1er-Mai, fête du travail et également jour de célébration du droit d’expression du monde ouvrier.
Aujourd’hui, lundi 15 avril, nous célébrons la Journée mondiale de l’art. Engendré d’une idée créative, l’art peut être durable ou éphémère. Ne cessant d’évoluer au fil des années, les activités artistiques sont innombrables.
« Roche-Bois : la Cité du ‘nisa’ », tel a été le titre d’un article dans une publication d’un groupe de presse. Ce qui a soulevé la colère des habitants de cette localité. Cet épisode nous ramène à une certaine réflexion…
Tête baissée, concentration extrême, craquement des planches, les murmures et chuchotements font partie du décor sonore. Les battements de cœur résonnent tels des tambours endiablés, de légers tremblements des mains suivis d’un haut-le-cœur sont la preuve que le tract est bien présent. Les coups de bâtons résonnent annonçant le début de la pièce. Et, soudain les battements de cœur s’accélèrent de plus belle.
Cet article est un exemple flagrant de procrastination… Hier, 25 mars 2019, journée de la procrastination.Pourquoi remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui ? La raison est tout bonnement variée. Il y a d’abord le manque de temps, 24 heures, c’est peu.
Reshma Devi Dookhit, jeune femme âgée de 26 ans, connaît le 11 mars un destin funeste en se jetant du haut d’une falaise à Gris-Gris. La cause : un chagrin d’amour, une annulation de fiançailles tant préparées par elle et sa famille.
Créé par M. Gurudutt, le drapeau mauricien, rouge, bleu, jaune et vert, fait la fierté de son peuple. En cette période, le quadricolore flotte patriotiquement dans le ciel bleu azur de notre île. Il en va de même pour l’élan patriotique éphémère des Mauriciens pour cette 51e célébration de l’Indépendance, qui je vous le rappelle a été acquise le 12 mars 1968 au Champ de Mars.
En ce 8 mars 2019, Journée internationale de la femme, je ressens à la fois une certaine amertume et de la fierté. Nous, les femmes, nous avons lutté contre le sexisme, l’humiliation, l’inégalité, le mariage forcé, les stéréotypes notamment la fameuse étiquette de femme fragile, et des tribulations à travers l’histoire qui hélas se répètent encore et contre lesquelles nous continuons de nous battre.
Adulé par les « lovebirds », le 14 février est le jour où l’amour est reconnu et célébré à travers le monde. Chocolat, bouquet de roses, attentions particulières, cartes de souhaits, petits cadeaux en tous genres, dîner romantique dans un grand restaurant et le dessert se dégustant en privé… tout un programme en ce jour si spécial.
Suite à ma lecture matinale quotidienne d’infos en tout genre, je suis tombée sur une vidéo forte intéressante de deux collégiennes publiée sur Facebook, le 9 février 2019. Elles s’adonnaient à un corps-à-corps musclé à la gare du Nord, à Port-Louis.
Propagation de virus mortel, fin apocalyptique, créature mi-humaine, mi zombie traînant dans les bâtiments publics avec pour seule quête : manger de la chair humaine. Bon, c’est un scénario catastrophique digne d’un film d’horreur qui condamne l’espèce humaine à une fin quelque peu théâtrale et effroyable.
Silhouette en 8, poitrine 95 D, fessiers volumineux, cambrure prononcée… tel sont les nouvelles tendances féminines actuelles. Dieu créa la femme mais certainement pas de la manière dont nous la voyons aujourd’hui. Certaines se font remodeler et s’auto-perfectionnent avec l’aide de chirurgiens plasticiens hors de prix.
  1. 1
  2.  2
  3.  3
  4.  4
  5.  >
  6.  >>
3rd Floor, Citius Building, 31 Cybercity Ebene, Mauritus
4608508
info@live.mu
58418990
Holdem Press Ltd | All right Reserved 2018